Pashupatinath et ses ghats de crémation

Haut lieu des rites funéraires hindous, ce temple est un crématorium à ciel ouvert où les cérémonies s’enchaînent tout au long de la journée et de la nuit. Les hindous ayant une approche complètement différente de la Vie et de la Mort, la visite de ce temple peut être assez perturbante pour nous occidentaux…

Samedi 28 octobre 2017, après la visite de Swayambunath, nous rejoignons Pashupatinath en bus local, attrapé à la volée sur le ring road. Les destinations des bus sont écrites en alphabet népalais et sont donc incompréhensibles pour nous : il faut donc crier sa destination au contrôleur à chaque bus qui passe !

En arrivant sur place, nous apprenons que les visiteurs non hindous n’ont pas le droit d’entrer à l’intérieur du temple. Nous observerons donc les bâtiments du temple au toit d’or uniquement depuis l’extérieur.

  • Accès aux ghats de Pashupatinath : 1000 NPR/pers. (~8,20 €)

Ce temple est dédié au dieu hindou Shiva, qui revêt ici la forme particulière de Pashupatinath, le gardien du troupeau, dans la mythologie hindoue. Derrière le temple s’écoule la rivière Bagmati, la plus sacrée du Népal, où ont lieu les cérémonies funéraires de crémation. Plusieurs ponts enjambent la rivière et permettent d’accéder à des escaliers situés face aux ghats de purification et de crémation…

serial-travelers-nepal-katmandou-pashupatinath-5

Ces escaliers sont bordés de chapelles, appelées chaityas, où l’on voit de nombreux sadhus.

Ces hommes ont choisi la voie du renoncement, en ne possédant plus rien et en errant de lieu saint en lieu saint. Ils sont facilement reconnaissables à leur tenue, drapés dans dans un linge orange, pieds nus et cheveux ébouriffés (à l’image du dieu rebelle Shiva)… Si certains sont indifférents à la présence des touristes, d’autres demandent l’aumône en nous voyant.

serial-travelers-nepal-katmandou-pashupatinath-6
Quatre sadhus assis sur les marches face aux ghats

À notre arrivée de l’autre côté du pont, des bûchers se consument sans que l’on ne comprenne vraiment ce qui se passe.

serial-travelers-nepal-katmandou-pashupatinath

À chaque fois, quelques fidèles restent autour sans avoir forcément l’air triste et des hommes remuent le foyer de temps en temps.

Quand soudain, une cinquantaine de personnes s’avancent vers le ghat de purification situé en amont de la rivière. Au milieu de la foule, des hommes portent un corps embaumé dans un linceul blanc ou orange, en fonction de l’âge du défunt (orange signifiant qu’il s’agit d’une personne âgée). Ils le déposeront au bord du ghat et le purifiront en lui versant de l’eau de la rivière Bagmati.

À noter que dans la mort également, le système de castes est tenace : il y a des ghats spécialement destinés aux gens des basses et des hautes castes, qui ne se mélangent donc pas…

serial-travelers-nepal-katmandou-pashupatinath-13

La procession déplace ensuite le corps jusqu’au bûcher. La tête du défunt est alors découverte pour que chacun puisse lui dire au revoir et déposer des offrandes de fleurs sur le corps. Puis, seuls quelques hommes (les femmes n’y étant pas autorisées) feront trois fois le tour du corps avant de recouvrir la dépouille avec de la paille et de l’embraser…

Moment étrange et fascinant mais un peu dérangeant, on se demande un peu ce que l’on fait ici et resterons à l’écart par respect pour les proches. Ce qui n’empêchera pas certains touristes de venir prendre des photos à quelques mètres seulement du défunt : pas sûr qu’ils apprécient que des étrangers fassent la même chose lors de nos enterrements…

Suite à l’embrasement, les personnes endeuillées iront s’asperger d’eau de la rivière sacrée afin de se purifier, tandis que le corps brûlera lentement sur le bûcher… Avant que ses cendres ne soient elles aussi jetées dans la rivière… Dans l’hindouisme, la mort revêt un caractère particulier dans le sens où il s’agit d’une renaissance et non pas de la fin de tout… 

En effet, la crémation du corps permet de libérer l’âme de son enveloppe charnelle afin d’accéder à un niveau supérieur. C’est pourquoi dans le monde hindou, cette crémation n’a rien de tabou et est plutôt signe de “libération”, contrairement au caractère qu’on lui revêt en Occident…

Après cette découverte un peu particulière propre à l’hindouisme au Népal, nous décidons de revenir à la guesthouse, car il est déjà tard. Le temple étant situé à 4 kilomètres à l’Ouest du centre de Katmandou, nous rentrerons à pied, ne trouvant aucun bus pour nous ramener à Thamel.

serial-travelers-nepal-katmandou-pashupatinath-16

Partagez cet article permettra de faire grandir le blog 🙂

0 thoughts on “Pashupatinath et ses ghats de crémation

Laissez-nous vos commentaires ou vos questions ici :)