Sur les traces de James Cook à Daintree National Park & Cape Tribulation

Au cœur de la forêt tropicale de Daintree se trouve Cape Tribulation, endroit hostile et sauvage où aurait échoué le célèbre navigateur James Cook en remontant les côtes australiennes lors de sa “découverte” de l’île-continent. Cette jungle est également connue pour abriter le fameux casoar, un oiseau à la tête bleue descendant des dinosaures… Et qualifié d’oiseau le plus dangereux du Monde !

Quand on évoque l’Australie, la première chose qui vient à l’esprit, ce sont les grands espaces sauvages et les étendues rouges désertiques… Ce que l’on sait moins, c’est qu’il y a une énorme diversité de paysages dans cet immense pays, de la taille d’un continent ! En conséquence, on retrouve une multitude de climats et de paysages différents, allant des plaines verdoyantes aux forêts tropicales humides, en passant par des étendues désertiques au centre du pays.

Bienvenue dans l’enfer vert de la Daintree Rainforest !

Un peu de géographie…

Situé tout au Nord du Queensland (côte Est de l’Australie) dans le North Tropical Queensland, le parc national de Daintree abrite dans sa majeure partie une forêt tropicale luxuriante du même nom, la Daintree rainforest. Cette forêt doit son nom à Richard Daintree, un géologue australien du XIXème siècle qui explora le Nord du Queensland pour l’or et le charbon. Cette forêt âgée de 150 millions d’année est certainement l’une des plus vieilles forêts tropicales du Monde ! Cette dame fort âgée a donc connu les dinosaures 🙂

Elle abrite ainsi une formidable biodiversité qui prolifère sous ces latitudes, grâce aux nombreuses précipitations qui s’abattent sur la région chaque année ! On y retrouve ainsi 3% des espèces australiennes de grenouilles, de reptiles et de marsupiaux mais aussi 90% des espèces de chauve-souris et papillons d’Australie !

Ce mardi 13 mars 2018 au matin, nous partons sans Marie et Thomas qui doivent déjà retourner au boulot, en direction du parc national de Daintree.


Comment se rendre jusqu’au parc national de Daintree / Cape Tribulation

Le Daintree National Park se situe à une centaine de kilomètres au Nord de Cairns, le long d’une route bordée de plantations de cannes à sucre et commence grosso modo après la localité de Mossman. C’est à cet endroit que la Daintree River marque la frontière du parc national, avec la fin du royaume des Hommes et l’arrivée dans cet enfer vert, paradis de la biodiversité !

  • Trajet Palm Cove – Daintree National Park : 80 km (1H) ou Cairns – Daintree National Park : 105 km (1H45)

Ferry pour traverser la Daintree River

Il faut donc traverser la Daintree River pour vous rendre dans le parc national de Daintree. Et, la seule façon de le faire est de passer par un bac (ou ferry), qui fait le va-et-vient entre les rives Nord et Sud de la Daintree River, car il n’existe aucun pont enjambant la rivière ! Et comme vous vous en doutez, cette situation de monopole induit des tarifs exorbitants pour traverser quelques mètres seulement de ce cours d’eau… En effet, cette courte traversée dure 3 minutes à tout casser… Mais, c’est le prix pour profiter du parc national et de la Daintree Forest !

  • Prix du bac (ferry) pour traverser la Daintree River : 27 AUD/véhicule (~17,25 €) pour un trajet A/R
  • Le ferry fonctionne tous les jours entre 6H et minuit
  • Il est possible de payer par carte bancaire entre 8H et 16H30 tous les jours, le reste du temps il faudra payer en espèces

Mount Alexandra Lookout

Suite à la traversée de la Daintree River, nous posons les roues du campervan dans le parc aux alentours de 10H et commençons l’exploration de cette forêt luxuriante avec le Mount Alexandra Lookout, notre premier contact avec le parc. On présume que le Mont Alexandra et plusieurs autres coins du parc ont été nommés en l’honneur de la princesse Alexandra, une princesse Danoise qui épousa le roi Britannique Edward VII en 1863. Mais, à l’origine, ce territoire est connu sous le nom de Walu Wugirriga, signifiant “regarder autour” dans le langage des Kuku Kalanji de l’Est, premiers propriétaires des lieux.

Ce point de vue permet offre une très belle vue sur la côte de Daintree et permet d’observer plusieurs îles au loin et même la ville de Port Douglas, par temps clair !

  • Temps de visite à Mount Alexandra Lookout : comptez 10 min

Rencontre inédite avec un casoar au cœur de la Daintree Forest !

Comme dirait l’autre, nous avons eu un énorme coup de bol en tombant par hasard sur un casoar (“cassowary” en anglais) en se rendant au deuxième point de vue de la journée. D’autres diront que nous avons eu la chance du débutant car il faut avouer que le volatile est extrêmement dur à observer dans son milieu naturel, et peu de voyageurs peuvent se targuer d’en avoir déjà vu un en se rendant dans le Daintree National Park 🙂

Le casoar à casque fait partie des grands oiseaux coureurs, comme l’autruche ou l’émeu, un cousin australien lui aussi. Incapable de voler, cet oiseau mesurant entre 1,20 m et 1,80 m et pouvant peser jusqu’à 75 kg présente des caractères particuliers que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde animal. En effet, il possède un cou et une tête bleue, affublés de deux excroissances rouges (caroncules), le tout surmonté d’un casque osseux !

La plupart des scientifiques s’accordent pour considérer le casoar comme un descendant des dinosaures mais le grand public le connait surtout comme l’oiseau le plus dangereux du monde. Pourquoi ça ? Et bien, le volatile possède des pattes massives et puissantes terminées par 3 doigts : celui du milieu porte une griffe aussi tranchante qu’un poignard ! Et lorsque l’oiseau se sent en danger, il saute et fond sur sa victime la patte en avant pour éventrer sa proie (gros animaux et hommes confondus) !

Mais, aujourd’hui, le casoar est menacé d’extinction à cause des activités humaines : destruction de son habitat et accidents de voiture entre autres. Or, cet animal atypique est absolument nécessaire à la biodiversité et la santé des forêts tropicales du Wet Land. En effet, cet oiseau frugivore ingurgite les fruits de plus de 240 espèces de végétaux différents et disperse les graines sur plusieurs kilomètres dans ses déjections.

  • Il faut rouler doucement et prudemment sur les routes du parc pour ne pas percuter les casoars, qui peuvent débouler d’un seul coup sur la route !
L’un des panneaux les plus célèbres d’Australie, “customisé” par des citoyens, mais qui reflète bien le lien entre les accidents de voiture et la disparition des casoars !

Jindalba Boarwalk

Notre deuxième stop de la journée se fera à Jindalba (“pied de la montagne” dans le langage des Aborigènes de la région), situé quelques kilomètres après notre premier arrêt. Cette courte marche permet d’explorer la forêt tropicale au niveau des basses terres (lowlands), au pied du Mount Alexandra, sur un chemin en bois surélevé. Les visiteurs suffisamment discrets peuvent ici avoir la chance d’apercevoir des kangourous arboricoles (kangourous vivant dans les arbres) et même des casoars ! Il existe un sentier plus long directement dans la forêt, nécessitant de franchir plusieurs ruisseaux pour avancer.

  • Temps de visite à Jindalba Boardwalk : comptez 40 min – boucle de 650 m

Dubuji Boarwalk

Suite à notre randonnée sur le sentier de Jindalba boardwalk, nous continuerons en direction du Nord pour manger dans notre van sur le parking du 3ème stop de la journée, au départ de la randonnée Dubuji Boardwalk, situé non loin de Cape Tribulation. Ce sentier constitue une petite marche sur une passerelle en bois surélevée où on observe une flore variée et complètement différente de Jindalba ! Entre mangrove et forêt tropicale, ce sentier côtier qui bordure l’océan permet de découvrir une flore riche et variée comprenant les fameux palmiers à hélice (fan palm en anglais), dont le diamètre peut atteindre 2 mètres de long ! Le sentier se termine sur la plage sauvage de Myall Beach, où plusieurs crocos ont été observés…

  • Temps de visite à Dubuji Boardwalk : comptez 40 min – boucle de 1200 m

La plage de Cape Tribulation

Cape Tribulation (Cap Tribulation en français) ou Cape Trib’ constitue l’un des points d’intérêts majeurs d’une journée dans le parc national de Daintree ! Pourquoi ? Et bien, à cet endroit bien précis, la forêt tropicale descend jusqu’à la mer, faisant face à la Grande Barrière de Corail. Mais, plus encore que la beauté naturelle du site, il s’agit aussi d’un site historique ! Et oui, c’est à proximité d’ici que se serait échoué le célèbre navigateur James Cook alors qu’il remontait les côtes d’un continent qu’on n’appelait pas encore Australie, le 10 juin 1770.

“Le point du Nord [a été nommé] Cap Tribulation parce que tous nos problèmes ont commencé ici…”

Citation enregistrée dans le journal de bord de James Cook

Son navire, l’Endeavour, s’est en effet accroché sur un récif corallien situé à 50 km au Nord-Est du cap (au niveau de la localité de Cooktown) provoquant de graves dommages sur la coque du bateau. Cet échouage induira 7 semaines de réparation sur la coque, pour que Cook et son équipage continue son exploration de la côte australienne. Pour ceux qui ne possèdent pas un 4×4, Cape Tribulation représente la fin de l’exploration du Nord de l’Australie par la route car après, les infrastructures routières ne permettent plus de pousser plus loin…

Cape Tribulation est une plage sauvage où vous ne voudrez certainement pas vous baigner ! On y retrouve en effet de dangereux crocodiles de mer (les “salties”, pouvant mesurer 7 m et peser 800 kg) ainsi que des méduses de type box jellyfish, qui peuvent tuer un être humain en 20 minutes !

  • Temps de visite sur la plage de Cape Tribulation : comptez 30 min à 1H pour parcourir la plage à l’aller et en sens inverse

Marrja Botanical Walk

Marrja sera finalement le dernier stop de notre journée dans le parc national de Daintree, sur la route du retour, dans les environs de la Noah Creek. C’est l’un des seuls endroits du parc où l’on peut trouver des plantes représentant les différents stades d’évolution sur 400 millions d’années ! En traversant la Noah Creek jusqu’à la fin de la promenade surélevée, on peut observer la transition brutale entre la mangrove et la forêt humide ! Les mangroves se développent ainsi dans les environnements boueux et salés, sur les rives inférieures, contrairement aux forêts tropicales qui prospèrent sur un sol organique, riche et non salé, sur les rives hautes…

  • Temps de visite à Marrja Botanical Walk : comptez 30 min – boucle de 1100 m

Vers 16H, nous quitterons le parking de Marrja en direction de la sortie du parc et du ferry traversant la Daintree River. Sur le chemin du retour, on s’arrêtera sur le bas-côté, imitant une voiture devant nous. Et là, avec encore une fois beaucoup de chance (certains diront que c’est indécent) nous tomberons sur une famille de casoars ! Et oui, cette fois-ci, c’est une femelle accompagnée de ses 3 petits qui s’est présentée à nous ! Nous resterons donc à bonne distance, les femelles pouvant présenter un comportement agressif pour protéger leurs petits… Comme vous pouvez le remarquer, les jeunes casoars ne ressemblent pas du tout à leurs parents : leurs attributs rouges et bleus n’apparaissent qu’à l’âge adulte !  

Nous reprendrons le ferry vers 17H après avoir passé une superbe journée dans la forêt humide de Daintree et observé plusieurs casoars à casque 🙂 Le lendemain, il est déjà temps de quitter Cairns pour continuer notre roadtrip sur la côte Est australienne !

Partagez cet article permettra de faire grandir le blog 🙂

9 thoughts on “Sur les traces de James Cook à Daintree National Park & Cape Tribulation

    • Serialtravelers says:

      Merci pour votre très gentil commentaire ! ça nous touche beaucoup ! On essaie de terminer ce qu’on a commencé, même après bientôt 5 mois de retour en France :p

  1. J’espère que l’atterrissage n’a pas été trop difficile. J’ai partagé votre article sur ma page Facebook pour que plein de personnes en profitent. Vous le méritez 😉

    • Serialtravelers says:

      Coucou Sylvie ! Après 6 mois depuis notre retour, on a un peu de recul sur l’atterrissage et au final, ça s’est fait plutôt tranquillement car on a tout de suite mis les les pieds dans le plat en retournant au travail seulement une semaine après le retour ! Merci beaucoup pour votre partage, c’est très gentil de votre part, on apprécie 😀 😀

    • Serialtravelers says:

      Ouiiiii on a vraiment eu de la chance sur ce coup-là ! Et même si la rencontre fut brève c’était vraiment super 😀

    • Serialtravelers says:

      Merci Claudine ! Nous mêmes étions très surpris de découvrir ce genre de paysages verts en Australie, et ça fait beaucoup de bien après une semaine de terres rouges désolées 🙂 Bises à vous 3 🙂

Laissez-nous vos commentaires ou vos questions ici :)