1 semaine au Népal : bilan, astuces, itinéraire et budget

Petit pays coincé entre l’Inde et la Chine aux frontières de l’Himalaya, le Népal est un ovni du Sud de l’Asie, malgré ses ressemblances avec son grand frère indien. On y vient généralement pour se mesurer aux plus hauts sommets du monde mais le Népal a un peu plus à offrir… Voici une synthèse de notre séjour d’une semaine au Népal, durant notre sixième étape de Tour Du Monde.

Les voyageurs au long cours ont souvent un ou plusieurs loupés dans leur choix d’itinéraire. On choisit la mauvaise période, on loupe un point d’intérêt phare ou on parcourt les lieux dans le mauvais sens…

Et bien notre loupé, c’est le Népal et on espère bien que ce sera bien le seul ! Nous y sommes restés trop peu de temps, n’avons pas randonné dans les montagnes et n’avons pas mis un pied dans la ville dont nous n’avons entendu que du bien : Pokhara. En une semaine, nous nous sommes concentrés sur le parc national de Chitwan et sur la vallée de Katmandou.


Bilan d’une semaine au Népal :

Nous avons rejoint la ville de Katmandou au Népal le lundi 23/10/17, et sommes repartis de Katmandou en direction de Mandalay au Myanmar, notre huitième étape, le mardi 31/10/17. Nous sommes donc restés 8 jours au Népal. Durant notre séjour, nous avons parcouru :

serial-travelers-nepal-bilan

Notre ressenti global sur le pays :

Globalement, nous avons un retour assez mitigé sur notre séjour au Népal… Mais nous n’y sommes restés qu’une semaine, trop peu pour se faire une opinion légitime !

Katmandou est la pire ville que nous ayons visitée, même comparée aux agglomérations indiennes, pourtant sales et polluées ! Poussiéreuse et délabrée (conséquence du tremblement de terre de 2015 entre autres), se balader dans ses rues étroites est vraiment chaotique, et encore plus quand on est derrière un guidon ou un volant ! Les trajets sont interminables et physiques à cause de l’absence de routes goudronnées, remplacées par des chemins de terre et de cailloux, et ce même en plein centre-ville de la capitale.

Il nous a par exemple fallu 8 heures pour parcourir 150 kilomètres, en sortant de Katmandou pour rejoindre Chitwan, dans la région du Terai. Mais, il faut également mettre dans la balance que le Népal est le pays le moins développé que nous ayons visité jusqu’à présent, sans doute les conséquences d’une grande instabilité politique dans le pays.

Les Népalais sont cordiaux, mais ne cherchent pas à échanger davantage malgré nos nombreuses tentatives… Le seul endroit où nous avons pu discuter longtemps et de façon agréable a été avec nos hôtes de Sauhara (Chitwan).

Hébergement & nourriture :

Nous avons logé dans des guesthouses proposant des chambres avec salle de bain privative ainsi que dans un dortoir tout neuf à Katmandou.

Pour économiser 4% sur toutes nos réservations Booking et Agoda, nous utilisons Igraal. Ce site redirige vers le site de réservation de votre choix et cagnotte sur votre compte un pourcentage du montant de l’achat. Pour un mois de voyage à 30€ la nuit, nous cagnottons 37,20€ 🙂 Nous avons supprimé ces applications de réservation et ne passons plus que par Igraal ! Pour vous inscrire, utiliser notre lien de parrainage Igraal qui vous permet d’obtenir 3 € à votre inscription.

Pour gagner 15 € sur votre première réservation Booking, vous pouvez utiliser notre lien de parrainage Booking

Pour gagner 24 € sur votre première réservation Airbnb, vous pouvez utiliser notre lien de parrainage Airbnb

Concernant la nourriture, on a mangé dans des restaurants la plupart du temps sauf quand nous tombions sur des mo:mos dans la rue (sorte de ravioli aux légumes ou à la viande, qui peuvent être vapeur ou frits). Avec ces derniers, les dals (cousin du thali indien) constituent les plats les plus connus au Népal !

Environnement & climat :

Avec la Chine et le Pakistan, le Népal se partage les plus hauts sommets du monde, notamment au niveau de la chaîne Himalayenne. Dans le Sud du pays (région du Terai), on trouve également des jungles qui abritent des milliers d’espèces animales et végétales dont les populations arrivent à croître malgré la pression des activités humaines.

serial-travelers-nepal-katmandou-annapurna-himalaya-from-the-sky1
Vue sur une des chaînes de montagnes ceinturant le pays, en repartant de Katmandou pour Kuala Lumpur

Dans le pays, le terme parc national ne garantit en rien la préservation des espaces naturels où sévissent encore braconnage et mauvaises pratiques touristiques. Nous le redisons et ne le dirons jamais assez, nous ne devons pas monter sur le dos  des éléphants pour un minable selfie !

Outre la nature, les villes sont remplies de décharges à ciel ouvert qui se déversent dans les rivières quand elles ne sont pas brûlées au bord des routes… Au mois d’octobre, nous avons bénéficié d’une température clémente dans la vallée de Katmandou (ni trop chaud, ni trop froid) mais d’un climat assez étouffant à Chitwan.

Malgré ces aspects qui nous semblent majoritairement négatifs, découvrir la culture népalaise reste enrichissant et déroutant. Des déesses vivantes aux ghats de crémation visibles de tous, l’hindouisme est omniprésent en concurrence directe avec le bouddhisme et ses énormes stupas.


Anecdotes, trucs & astuces au Népal :

Lorsque vous arriverez au Népal, vous serez surpris par quatre choses :

  • La conduite anarchique dans les rues de Katmandou ou de Bhaktapur, sans les klaxons cette fois-ci. Il y a très peu de feux tricolores en fonctionnement, et on trouve beaucoup de carrefours où c’est un agent de police qui est chargé de faire la circulation. Comme dans les autres pays d’Asie visités jusqu’à présent on roule à gauche également !

  • Il n’y a quasiment aucune route goudronnée et quand il y a présence de macadam, il est bien souvent jonché d’innombrables trous et crevasses, ce qui rend les trajets longs et pénibles ! On a plus souvent affaire à des chemins de terre, de sable et de cailloux qu’à de vraies routes, même en pleine ville ou dans la capitale !

  • Les ravages du tremblement de terre de 2015 sont encore visibles partout dans certaines régions et notamment dans la vallée de Katmandou. De nombreuses façades sont lézardées et soutenues par des poutres de renfort. Bien que les dégradations engendrées ne compromettent plus la visite du pays, nous nous devons de respecter  une certaine retenue car 8 000 personnes ont trouvé la mort et des milliers de personnes n’ont pas toujours pas été relogées.

  • Partout, on voit des drapeaux de prières multicolores qui traversent les rues, les temples et les camps de base de haute montagne.

  • On trouve des yeux de Bouddha peints sur les sommets des stupas aux quatre points cardinaux. Et contrairement à ce que nous avions vu jusqu’à présent, les stupas sont ici entourés de moulins de prière que les fidèles font tourner en faisant le tour des monuments (toujours dans le sens horaire).

  • Les embouteillages pour sortir et rentrer dans Katmandou sont monstrueux ! Quelques fois, on peut même rester bloqués sur les routes principales pour laisser passer un camion ou autre, car les véhicules ne peuvent pas se croiser à certains endroits vu l’état des routes.

  • Le pays est extrêmement poussiéreux, et chaque passage de véhicule soulève un nuage de poussière assez insupportable (sur la route menant à Chitwan, il y a même un endroit où la végétation est entièrement recouverte de poussière sur plusieurs mètres). C’est le seul pays où nous avons acheté des masques pour couvrir notre bouche et notre nez !

Afin de terminer sur une note positive, c’est au Népal que nous avons trouvé les gens les plus beaux, filles comme garçons 🙂

Communication :

Si vous désirez entamer la conversation avec quelqu’un, rien ne vaut quelques mots en népali pour aborder les locaux. Cette langue s’écrit en alphabet devanagari, exactement comme l’hindi ! Népali et hindi sont assez proches, et lorsque vous avez voyagé en Inde avant, c’est facile de s’y retrouver pour les expressions de tous les jours.

  • Bonjour se dit « Namaste » (à prononcer « Na Masté ») en népali comme en hindi !
  • Merci se dit « Dan Nyavad » (à prononcer « Dan Nyavad ») en népali comme en hindi !

Déplacements / Transports :

Concernant les déplacements entre les villes, nous sommes passés exclusivement par des bus touristiques en réservant en agence ou avec nos guesthouses, après comparaison des prix. Dans la vallée de Katmandou, nous avons loué un scooter, marché et attrapé des bus locaux à la volée. Les trajets en bus locaux sont parfois épiques : nous avons notamment voyagé une petite heure accroupis dans un minibus dans Katmandou !


Itinéraire d’une semaine au Népal :

On ne veut pas être redondants mais ne prenez pas exemple sur notre itinéraire qui s’est déroulé de la façon suivante :

Népal – Vallée de Katmandou et Chitwan National Park : 8 jours

Si c’était à refaire, et après concertation avec de nombreux voyageurs, nous serions restés deux à trois semaines sur place, en fonction de la durée de notre trek :

  • 3 nuits à Katmandou pour découvrir les lieux culturels et organiser son trek (en dormant éventuellement à Patan qui est plus sympa et aussi proche des points d’intérêt que le centre de la capitale)
  • 3 nuits à Chitwan
  • 1 Trek de 10 à 15 jours (tour des Annapurna par exemple)
  • 4 nuits à Pokhara en essayant de redécoller depuis Pokhara afin d’éviter un trajet chaotique en bus jusqu’à Katmandou

Budget d’une semaine au Népal :

Au cours de notre bref séjour de 8 jours au Népal, nous avons dépensé au total  377 € (frais bancaires de  6,4 € inclus – soit ~1,7 % du montant total – , hors billets d’avion et visa) soit  189 €/personne, ce qui représente une dépense de  23,50 €/jour/personne pour un budget prévisionnel établi à  24,00 €/jour/personne.

serial-travelers-nepal-budget

Comme vous pouvez voir, les deux postes de dépenses qui nous ont coûté le plus cher ont été les visites ainsi que l’alimentation, la randonnée à Chitwan ayant gonflé à elle seule ce chiffre.


Taux moyen de conversion EUR / NPR (roupie népalaise) : 1€ = 122,042 NPR

Au Népal, l’utilisation de la carte bancaire n’existe tout simplement pas, même notre guesthouse neuve et plutôt haut de gamme de Katmandou n’acceptait que du liquide. Il vous faudra retirer systématiquement de l’argent aux nombreux ATM présents sur place, ce qui explique les frais bancaires. Toutefois, nos frais bancaires sont assez réduits grâce à l’utilisation de la carte bancaire N26 : 1,7% de frais sur les retraits mais aucun frais sur les paiements en carte bancaire.

La plupart des distributeurs prennent une commission de 500 NPR chaque fois que vous retirez de l’argent ; le mieux est donc de n’effectuer qu’un gros retrait si vous le pouvez.

Voici quelques exemples de prix :

  • Bouteille d’eau 1,5 L : 40 NPR. De nombreux hébergements proposent de remplir vos bouteilles gratuitement (en plus d’être bon pour le porte-monnaie, c’est bon pour la planète)
  • Plat dans un restaurant : 200 à 250 NPR (sans boisson)
  • Assiette de 10 momos : 70 à 100 NPR (dans la rue, comptez 50% de plus dans un restaurant)
  • Prix moyen d’une nuit en guesthouse en chambre double : 1100 à 1200 NPR en moyenne
  • Prix d’un laundry : 100 NPR/kg
  • Ticket de bus dans Katmandou : 25 à 30 NPR seulement !

Voici quelques clichés de notre aventure népalaise ! Frustrés mais en aucun cas fâchés, nous retournerons sûrement au Népal pour honorer ses montagnes comme il se doit et apprécier la douceur de Pokhara. Place maintenant au Myanmar, le pays aux milliers de pagodes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ne pas manquer nos prochains articles et bilans, n’oubliez pas de vous abonner au blog et à notre Page Facebook 🙂 

Partagez cet article permettra de faire grandir le blog 🙂

17 thoughts on “1 semaine au Népal : bilan, astuces, itinéraire et budget

  1. Sonzogni says:

    Hello
    Encore un bel article super détaillé!
    Vous en avez du courage et de l’énergie pour parcourir 10km à pied par jour !
    Bises de la famille du bout du monde.

  2. J’avais mangé des momos en Inde, dans des restaurants chinois. Je trouve que ça ressemble aux raviolis vapeur qu’on trouve dans les restaus chinois en France – mais n’étant jamais allée en Chine, je ne sais pas du tout d’où viennent réellement les momos / raviolis vapeur ! C’est intéressant de voir qu’ils sont vendus dans la rue au Népal 🙂

Laissez-nous vos commentaires ou vos questions ici :)